Japanimals

On dit au Japon qu’un poisson chat géant habiterait sous l’archipel et que ses mouvements seraient à l’origine des séismes. On dit au Japon que des lapins habiteraient sur la lune et qu’ils y pileraient du mochi. On dit au Japon que le renard se transformerait en femme pour séduire et tromper les malheureux voyageurs égarés… Ces trois histoires issues du folklore ne sont qu’une infime partie du très riche rapport qu’entretiennent les Japonais avec les animaux. Il n’est qu’à voir aujourd’hui le succès des Tamagochi, Pokemon, ou Nintendogs pour mesurer l’ampleur de cet attachement aux bêtes, quand bien même elles ne seraient que virtuelles.

Cette histoire d’animaux a commencé pour moi lors d’un séjour à Tokushima, ville de l’île de Shikoku. C’est au cours de mes promenades dans cette ville de province, loin des tumultes de Tôkyô, que j’ai alors remarqué à quel point les animaux étaient omniprésents. Cela ne m’a pas sauté aux yeux de prime abord car c’est une présence discrète qui se révèle peu à peu – comme on tourne le bouton d’une lampe éclairant progressivement une pièce d’abord plongée dans l’obscurité – à quiconque veut bien y prêter attention.